© 2015, Josse Goffin, Regard à gauche

Un monde pacifié!

Gérard Preszow

Texte

Dites à haute voix ce mot «lisière» et vous verrez comme il chante de lui-même, comme il est douceur et lumière, chaleur et ouverture. Il n’a pas la dureté de «Frontières», violemment initié par son «FR» guttural. Il dit le mot et la chose, le glissement d’un état dans un autre.
Caroline Lamarche XX a pu se servir à loisir dans la collection permanente d’Art et Marges mais aussi profiter des ressources de ces pépinières d’artistes handicapés mentaux que sont le Creahm XX - Bruxelles, le Creahm-Liège, la S-Grand Atelier à Vielsalm, ainsi que de pièces issues de collections privées. Son propos est servi par un accrochage léger, ouvert et lumineux.


*


Avant même que dans les rues de Belgique, les lycéens ne sonnent hebdomadairement l’alarme écologique, Caroline Lamarche écrivait des nouvelles au cours desquelles animaux et humains se partagent à parts égales l’avant-scène, y séjournent en continuité. L’exposition en est, en quelque sorte, sa transposition plastique, son manifeste. C’est aussi l’esprit et la finalité du musée qui interroge le statut artistique - ou non - de certaines œuvres et familiarise le public avec des beautés insoupçonnées. Un musée qui vacille sur son identité, brouille folie et normalité, juxtapose codes partagés et formes inattendues.

« Nous vivons un temps de lisières. Entre l’animal et l’humain, l’arbre et la rivière, la plume et la peau, le béton et le vert, où trouver notre chemin ?

Comment affronter l'avenir quand s’effondrent les milieux fragiles ?
Par quels gestes patients, quels récits sauvages, quels surprenants partages ? »
nous dit Caroline Lamarche.

Exposition collective, elle évite l’écueil du genre : nous rendre prisonnier du thème, avoir le regard d’emblée étriqué et pris dans la nasse de l’intitulé ou, au contraire, au vu de l’éclatement et de la surabondance des œuvres proposées, se demander - finalement - de quoi il retourne et chercher l’intitulé partout.

On découvre et redécouvre aussi bien des artistes exposés dès les débuts de la galerie Art en Marge en 1986, que des nouveaux venus du musée Art et Marges qui fêtera bientôt ses 10 ans d’existence. Le pluriel des marges sont autant de lisières progressivement démultipliées depuis les origines du lieu. L’ensemble, avant tout figuratif si l’on excepte les hachures obstinées de Gérard Sendrey, mêle figures humaines, animales, végétales, composant le tout du monde. À sa manière bien à elle – cernes épais, aplats multicolores – , Shérazade Garbi ouvre le parcours par le visage d’un singe familier de son bestiaire. Les linogravures de Jean-Marie Heyligen recomposent les corps féminins, tandis que son comparse Dominique Bottemanne acère au plus fin les profils animaux. Le hérisson de Géraldine Vink sourit sans renoncer à l’arme de ses picots tandis que les oiseaux d’Alain Meert affirment leur présence élégante et ironique.
En montant à l’étage, sur le mur blanc qui domine la cage d’escaliers, une tapisserie de Laura Delvaux tissée de roses laisse s’évader un fil rouge solitaire, larme de sang. Comment ne pas citer les mots-dessins de Roger Angeli ou encore le patient cocon confectionné par Heide De Bruyne. Les paysages ruraux panoramiques de Rémy Pierlot ferment en beauté un circuit qu’on ne demande qu’à reparcourir pour en citer chacun.

© Gérard Preszow, revue Points critiques, n° 382- 2019

L'expo "Lisières" à voir jusqu'au 22 septembre 2019
au Musée Art et Marges ,
Rue Haute 314 à 1000 Bruxelles

Notes

(1) Caroline Lamarche, Nous sommes à la lisière, Gallimard, 2019 (Prix Goncourt
de la nouvelle 2019)
(2) Creahm : Créativité et handicap mental

 

Notes

  1. Caroline Lamarche, Nous sommes à la lisière, Gallimard, 2019 (Prix Goncourt de la nouvelle 2019)
  2. Creahm: Créativité et handicap mental

Metadata

Auteurs
Gérard Preszow
Sujet
Exposition Lisières. Musée Art et Marges. Bruxelles. Septembre 2019
Genre
Chronique esthétique
Langue
Français
Relation
Revue Points critiques n° 382, sept.-oct. 2019, UPJB, Bruxelles
Droits
© Gérard Preszow, Revue Points critiques, 2019